Relocaliser l'économie, et en particulier notre consommation devient, incontestablement, un impératif, mais n'est pas toujours possible. Ainsi, les productions suisse et européenne de miel sont de loin inférieures à la demande, et ce depuis des décennies (les Suisses consomment en moyenne 1,2 kg de miel par personne et par année, couverts qu'à un tiers par la production nationale). Voici pourquoi claro fair trade (à l’époque OS3) a décidé, vers la fin des années 70, de proposer une alternative aux miels étrangers d’origine incertaine, en important, sur la base des critères du commerce équitable, du miel provenant de petits apiculteurs d’Amérique du Sud.